Joachim Murat

 

 

 

 

Musée Joachim Murat


Fils d'aubergiste devenu beau-frère de Napoléon 1er

Grand Amiral et Prince français,

Maréchal d'Empire, Grand Duc de Clèves et de Berg

Roi de Naples et des deux Siciles

 

 

 

14 juillet - 15 septembre 2014

 

Récompensé par le label « maison des Illustres » décerné par le Ministère de la Culture et de la communication, le Musée Murat est l’une des rares maisons natales d’un Maréchal de France restée en l’état depuis 200 ans dans une maison typique du Quercy.

 

 

Berceau princier des enfants Murat

Collection Musée Murat

 

 


 

 

 

 

Portrait du Roi Joachim Murat par François Gérard – Coll Part. – photo Tallandier

Joachim Murat
Cavalier et roi
Né en 1767 à Labastide-Murat
Mort en 1815 au Pizzo (Italie)

La rencontre en 1795 à Paris avec Bonaparte change le cours de la vie de ce fils d’aubergiste du Lot, passé du séminaire aux armées en 1787. Bonaparte en fait son aide de camp et l’emmène en Italie, puis en Égypte.

En maints combats ce cavalier émérite justifie sa faveur par une bravoure devenue légendaire, qui se manifeste notamment à Marengo.
Son avancement est rapide, puisqu’il obtient le grade de général dès la campagne d’Italie. C’est lui qui, le 18 Brumaire, disperse par la force le Conseil des Cinq-Cents, assurant ainsi le succès du coup d’État

Devenu commandant de la garde consulaire en 1800, il épouse Caroline, la soeur cadette de Napoléon.
Quatre ans plus tard il reçoit le bâton de maréchal et, en 1805, il est promu prince d’Empire et grand Amiral de France. Après la guerre contre l’Autriche au cours de laquelle il s’illustre, il est fait, en 1806, grand duc de Berg et de Clèves.

Il gagne la sympathie de ses nouveaux sujets par sa clémence.

A la suite de nouveaux exploits dans la campagne conduite contre la Prusse et la Russie et en Espagne, il obtient en 1808 des mains de l’Empereur, la couronne du royaume de Naples laissée vacante par l’accession de Joseph.
Bonaparte au trône d’Espagne. Il en modernise l’administration, abolit le système féodal et mieux que ses prédécesseurs, gagne le coeur des Napolitains par ses manières directes et la splendeur de sa cour. Il ne connaît pas la même réussite dans sa lutte contre les Anglais qui contrôlent la Sicile.

Il tend par ailleurs à s’émanciper un peu de la tutelle impériale, mais la guerre contre la Russie, où Murat reçoit le commandement suprême de la cavalerie, vient estomper ces tensions. C’est lui qui commande la retraite de Russie. 
Tout en tenant tête à l’ennemi, il songe à son royaume et négocie avec l’Angleterre et l’Autriche. Il combat à Dresde, à Leipzig, regagne Naples le 24 octobre 1813 et signe le 11 janvier un traité avec l’Autriche.
Après l’abdication de Napoléon, Murat conserve son trône mais le gouvernement de Louis XVIII refuse de le reconnaître et Talleyrand se fait au Congrès de Vienne l’artisan de la restitution de Naples à « son légitime souverain ».

En avril 1815, après le retour de Napoléon de l’île d’Elbe, il proclame à Rimini l’indépendance de l’Italie, mais ses armées, après avoir repoussé les Autrichiens jusqu’aux rives du Pô, sont anéanties et lui-même chassé de ses États. En tentant de débarquer de Corse en Calabre, il est capturé et fusillé le 13 octobre 1815.
J. Tulard – 1983


Le musée, à l’aube d’un renouveau


Le musée Murat est installé depuis 1959 dans l’ancienne auberge d’où partit un jour le futur roi de Naples, pour accomplir son destin. Le rez-de-chaussée propose une reconstitution de la salle de l’auberge. Au premier étage on peut voir des portraits de Joachim Murat, de sa femme, de ses enfants et de sa mère Jeanne Loubières envers laquelle Murat aura toujours une attitude déférente.

Des autographes et des objets personnels, ainsi que des estampes et des gravures y sont également exposés. Le musée présente aussi un portrait d’Antoinette Murat, nièce de Joachim, épouse du prince de Hohenzollern-Sigmaringen. Sa descendance atteindra presque tous les trônes de l’Europe : Roumanie, Portugal, Belgique, Grèce, Yougoslavie, Italie, Luxembourg. La famille Murat est donc alliée à la plupart des familles souveraines d’Europe ainsi qu’en témoigne l’arbre généalogique présenté au musée.

MUSÉE MURAT
Place de Tolentino
(à gauche de la place de l’Église)
46240 LABASTIDE-MURAT
Tél. 05 65 24 97 82


Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi
du 15 juillet au 15 septembre
de 10h à 12h et de 15h à 18h